Archives du mot-clé la ville de paris

Last updated by at .

Caméras de protection et bilan de la sécurité

Fillon annonce 200 caméras de sécurité et vante la politique de sécurité du Président Sarkozy.

securite video surveilance

Fillon fait aussi de la sécurité

 

«En dix ans, la délinquance ­générale a baissé de 23,7% et le taux d’élucidation a quasiment doublé, passant de 20 à 40% environ » selon François Fillon. « Le combat contre la délinquance est gagnable. Mais c’est un combat de long terme qui exige de la ténacité.» Ne laissant pas toutes les questions de sécurité au président ou à son ministre de l’intérieur, Claude Géuant, qui l’accompagnait néanmoins, c’est dans le XXe arrondissement de la capitale que le premier ministre a choisi de faire ces déclarations, alors qu’il lançait le plan de vidéo protection (ou vidéosurveillance) pour Paris. Financé par l’État à hauteur de 82,7 millions d’euros et 5 millions par la Ville de Paris, ce plan a été adopté en 2009 par le Conseil de Paris. Le préfet de police, Michel Gaudin, s’est félicité du «consensus» ayant prévalu au Conseil de Paris sur le sujet, 112 voix en effet ont validé le projet, tandis que 16 seulement l’ont rejeté.

 

La sécurité et la justice selon Fillon

 

Selon François Fillon, ce plan est un «apport fondamental» contre la délinquance. Il a ajouté qu’un comité d’éthique avait été créé et qu’«aucun abus ne sera toléré dans l’utilisation de ces images». Selon le premier ministre, la vidéosurveillance pourrait faire progresser l’élucidation des affaires judiciaires. Fillon a continué à plaider : « À l’heure où nous avons le devoir de maîtriser nos finances publiques, l’amélioration de la sécurité passe par cette modernisation technologique […] On doit obtenir des résultats, faire toujours mieux, sans effectifs supplémentaires».

 

La sécurité contre la gauche

 

Le chef du gouvernement en a profité également pour critiquer les propositions de la gauche, notamment celles du député du Finistère Jean-Jacques Urvoas, secrétaire national du PS chargé des questions de sécurité. Il les a qualifiés de «pas réalistes» et «pas responsables» : «En cette période préélectorale, on entend des propositions qui appellent à multiplier les embauches, ou bien à supprimer la Préfecture de police, ou encore à désarmer les polices municipales».

 

Pour Fillon, une chose est claire, ce n’est pas la gauche et ses mesures qui vont résoudre les problèmes de sécurité.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)

Antennes relais : la mairie n’en veut plus sur les toits de Paris

antennes relais
antennes relais

La Mairie de Paris interdit l’implantation de nouvelles antennes relais jusqu’à nouvel ordre en réponse aux opérateurs qui n’ont pas souhaité renouveler la Charte parisienne de la téléphonie mobile.

L’installation des antennes relais suspendue jusqu’à nouvel ordre sur les toits de Paris

Mao Peninou, a annoncé lors des débats du Conseil municipal du 17 octobre que la Ville de Paris allait prendre des mesures vis-à-vis des opérateurs de téléphonie mobile. La première décision est donc de suspendre toute installation d’antennes, mais également d’ouvrir une enquête sur les installations actuelles.
La Mairie espère qu’une étude une proposition de charte unilatérale, serait proposée aux opérateurs souhaitant, acquérir une autorisation d’implantation.
On recense en ce moment 186 antennes-relais installées sur les toits de Paris, pour un total de 1.200 antennes dans la capitale. Cette prolifération est due à l’absence de décision gouvernementale en matière de réglementation de la puissance des ondes électromagnétiques pour tenter d’imposer une dérégulation dans ce domaine.

Eric Besson déplore la réaction de Paris concernant les antennes relais

Eric Besson, le ministre chargé de l’Economie numérique, a déploré « la décision unilatérale de la Mairie de Paris de suspendre le déploiement des réseaux numériques mobiles dans la capitale ».
Face à la crise qui sévit dans la capitale, Éric Besson a fait savoir qu’il trouvait la décision de la mairie de Paris « précipitée et disproportionnée », alors même que les premières licences 4G viennent d’être attribuées et que d’autres (sur la bande des 800 MHz) font toujours l’objet d’un appel à candidatures jusqu’au 15 décembre 2011.
Le ministre a exhorté la municipalité à « reprendre les discussions avec les opérateurs mobiles afin de débloquer le déploiement des réseaux mobiles » faute d’ antennes relais.

antennes relais
antennes relais

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)