Archives du mot-clé conflit

Les îles Senkaku et la Chine : du conflit régional au conflit mondial

Certains y voient les éléments qui posent les fondements d’une guerre régionale, mais également d’une nouvelle guerre mondiale – qu’elle soit froide ou chaude. A l’origine de ces inquiétudes, la nouvelle stratégie globale déployée sur les îles Senkaku par la Chine. Un conflit régional vieux de cinquante ans et qui pourrait bien dégénérer.

iles-senkaku

La Chine face au Japon et à la Corée du Sud

 

Le Japon et la Corée du Sud s’inquiètent d’une nouvelle avancée unilatérale de la Chine en mer de Chine orientale. Derrière cette querelle régionale, nombre d’analystes voient une nouvelle stratégie globale de la Chine. Les choses ont prix une nouvelle ampleur depuis le 23 novembre, lorsque le ministère chinois de la Défense a réaffirmé ses revendications sur les îles inhabitées de Senkaku que les Japonais revendiquent aussi. Les îles ont été inclus dans la zone de défense aérienne décidée par la Chine, 14 mois après que le ministère des affaires étrangères chinois a placé unilatéralement ces îles, appelées Diaoyu en Chine, sous contrôle chinois.

 

Une escalade s’en est rapidement suivi. Les États-Unis, le Japon et la Corée du Sud ont répondu en série à la Chine en envoyant des avions de guerre sillonner la zone . Le 26 novembre, les États-Unis ont envoyé deux bombardiers B-52, Washington, Tokyo, Séoul, Taipei ont défié Pékin.

Le Secrétaire de la Défense américain Chuck Hagel a souligné que les États-Unis considéraient que les îles Senkaku faisaient partie du Japon et seraient donc couvert par le traité de sécurité mutuelle américano-japonais.

Un conseiller du Premier ministre japonais Shinzo Abe a déclaré : « C’est l’un des défis les plus graves jamais posés par la Chine à la liberté de mouvement à la fois sur la mer et dans le ciel. »

Le ministère chinois de la Défense a déclaré : «La Chine définit, contrôle et surveille l’action des avions de guerre des autres pays dans notre zone de défense aérienne. »

L’administration Obama a indiqué qu’elle ne reconnaissait pas la légitimité de la demande chinoise, mais a demandé à tous les transporteurs américains d’obéir à la demande chinoise.

Plus d’une semaine plus tard, le jeu de géopolitique se poursuivait.

Lors de la visite du vice-président Joe Biden au Japon, le Département d’Etat américain a demandé au président chinois Xi Jinping d’annuler la zone aérienne.

 

Une nouvelle génération en Chine

 

Les nouveaux patrons de la Chine constituent aujourd’hui la cinquième génération de dirigeants depuis la révolution communiste, ils établissent ainsi leur style de gouvernance. The Economist appelle la politique de Xi Jinping « un mélange de réformes économiques et de nationalisme strident. » Jusqu’à présent, il a poussé son armée non seulement en mer de Chine orientale contre le Japon, mais aussi en mer de Chine du Sud contre les Philippines et le Vietnam et contre la frontière indienne et les peuples tibétains et ouïgours. Après avoir approuvé auprès de la marine du pays l’inspection d’un nouveau porte-avions, le Liaoning, et d’un destroyer et sous-marin à Hainan, Xi Jinping a annoncé que les forces aériennes de la Chine mettraient en œuvre la défense de la zone aérienne.

 

Le Japon de Shinzo Abe a également démontré son audace économique et nationale en repoussant systématiquement la Chine, avec l’envoi des navires de la Garde côtière et des avions sur les îles Senkaku ainsi que qu’aux Philippines pour renforcer la lutte de Manille contre l’agression militaire chinoise dans le sud de la mer de Chine.

 

Les racines du conflit remontent probablement au Japon impérial des années 1930 et à sa conduite en Chine. Et la CIA y consacrait un long rapport secret en 1971 pour faire le bilan des nouvelles données d’après guerre. Mais fort de son renouveau aujourd’hui, la Chine prend elle-même des allures d’empire.

 

Et derrière le conflit en mer de Chine, le nouveau géant semble prendre en compte un autre événement qui a eu lieu le 23 novembre à l’autre bout du monde à Genève : l’accord «provisoire» entre l’Iran et les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU plus l’Allemagne ( P5 +1).

La Chine en effet, à la table de négociation à Genève, était pleinement conscient que l’accord «provisoire» était le produit de mois d’échanges d’un canal entre Washington et Téhéran.

Pékin savait d’avance que l’assouplissement des sanctions sur l’économie de l’Iran pourrait relancer les investissements chinois dans les pipelines iraniens dont la Chine a besoin pour prospérer, puisque, en 2035, selon l’Agence internationale de l’énergie, 90 pour cent de toutes les exportations de combustibles fossiles du Moyen-Orient s’écouleront vers l’Asie.

 

Avec l’ouverture du secteur de l’énergie iranien, la Chine savait qu’elle aurait toutes les garanties des routes maritimes depuis l’Iran. La stratégie militaire chinoise établie de longue date tient fermement à contrôler les routes à travers la première chaîne d’îles, qui comprend la mer de Chine orientale et les îles Senkaku.

 

Ainsi, une nouvelle stratégie globale de la Chine semble se dessiner : s’ouvrir à l’Iran, exploiter ses gisements de pétrole, sécuriser les routes maritimes,  imposer l’autorité chinoise, et le faire rapidement de façon à ne plus laisser d’espoir à ses voisins asiatiques.

Hécatombe au Sud-Soudan, sous le choc d’une attaque interethnique.

Au Sud-Soudan, plus de 3000 morts générés suite à la conclusion d’un hypothétique vol de bétail. Terrible bilan depuis sa prise d’indépendance du Nord-Soudan en Juillet dernier.
Carte du Sud-Soudan.

 

Le Sud-Soudan sous haute tension.

Au Sud-Soudan, ces derniers jours, 6000 jeunes hommes armés de la tribu des Lou Nuer ont assiégé la tribu des Murle dans leur village de Pibor. Pour venger le vol de leur bétail, crime qu’ils attribuent aux Murle, les Lou Nuer ont riposté avec barbarie. Faux prétexte ou non, au Sud-Soudan, le bilan est catastrophique. Une majorité de femmes et d’enfants ont été victimes d’une véritable chasse à l’homme alors qu’ils essayaient de s’échapper. « Nous avons compté les corps et nous avons calculé à ce stade que 2182 femmes et enfants ainsi que 959 hommes avaient été tués » a confié Joshua Konyi, chef de l’administration du Pibor. Après de longues années de guerres ethniques, le Sud-Soudan devient désormais le territoire de conflits interethniques. Prise de vue de Pibor : de modestes habitations détruites, une Terre désertée et un hôpital de médecins sans frontières touché.

Le Sud-Soudan se mobilise pour faire face.

Au Sud-Soudan, mise en place d'un Programme d'Aide Alimentaire.Au Sud-Soudan, les représailles ont  aussi perturbé le fonctionnement de l’aide humanitaire (soutien alimentaire) destinée à la région. Sur décision de l’ONU et du gouvernement, l’armée s’est rendue au Sud-Soudan afin de rétablir l’ordre. D’après la coordinatrice de l’action humanitaire de l’ONU, Lise Grande, « 3000 soldats et 800 policiers » ont été envoyés au Sud-Soudan pour maintenir la paix.
Il faut savoir que la dissidence interethnique entre les Lou Nuer et les Murle dure depuis des années. Avant l’indépendance du Sud-Soudan, proclamée en juillet dernier, les conflits étaient attribués à l’opposition culturelle : le Sud-Soudan, de culture tribale traditionaliste minoritairement chrétien (plutôt animiste) et le nord majoritairement arabo-musulman. Toutefois, ce dernier épisode témoigne d’une situation plus complexe et problématique qui touche l’ensemble du territoire soudanais dans sa sphère interethnique.

Conflits au Sud-Soudan : une longue histoire.

Au Sud-Soudan, des membres d'un groupe armé.Le massacre de la tribu des Murle issue de la province orientale de Jonglei par leurs rivaux les Lou Nuer, et ce pour une histoire de bétail, scandalise naturellement. Mais dans un pays comme le tout jeune Sud-Soudan qui, depuis des décennies, ne parle qu’un seul langage, celui de la guerre et de la famine, les choses s’expliquent davantage. Ce dernier drame semble bien être révélateur d’un problème de fond au  Sud-Soudan où de toute évidence, l’appât du gain, par tous les moyens, est une question de survie. Après le carnage, du week-end précédent, au Sud-Soudan, un appel d’aide d’urgence a été lancé, mercredi, par les Nations Unies. Depuis jeudi, le Programme Alimentaire Mondial (le PAM), se charge de distribuer des rations de nourriture pour un mois aux 2000 survivants déplacés du Sud-Soudan.

Leslie Bentchakal.

Libye: premiers bombardements, premières critiques.

Les bombardements de cibles libyennes ont commencé samedi suite au vote de la résolution 1973, le jeudi 18 mars au soir, imposant une zone d’exclusion aérienne au-dessus de la Libye.
L’opération, baptisée « Odyssey Dawn » (Aube de l’Odyssée) par les forces américaines, s’est poursuivie dimanche. Continuer la lecture de Libye: premiers bombardements, premières critiques.