Archives du mot-clé BEA

Réaction d’Air France sur le 3ème rapport du BEA

[ad#Elyatel 468×60]Face aux accusations portées par le BEA à l’endroit des pilotes d’Air France dans son 3èmerapport sur le crash du vol AF-447 Rio-Paris publié ce vendredi, la compagnie aérienne n’a pas tardé à réagir et a pris la défense de ses agents.

Bea accuse Air France

En effet, selon Air France, contrairement à ce qu’affirme le BEA dans son rapport, le crash est dû à un problème technique : la panne des sondes Pitot qui a entraîné la perte des indications de vitesse causant le crash.

Vol Rio-Paris restera à jamais tragique

Le tragique accident coûtant la vie à plusieurs personnes n’est donc dû qu’à un concours malheureux d’événements incontrôlables dans un espace de temps très court, selon la compagnie. D’après les propres mots de cette dernière : « il est à présent établi que la combinaison de multiples éléments improbables a conduit à la catastrophe en moins de quatre minutes : le givrage des sondes Pitot a été l’événement initial qui a entraîné la déconnexion du pilote automatique, la perte des protections de pilotage associées et d’importants mouvements de roulis.

Dans un environnement de pilotage dégradé et déstabilisant, l’appareil a décroché à haute altitude, n’a pas pu être récupéré et a heurté la surface de l’océan Atlantique à grande vitesse. Il est à noter que les multiples activations et arrêts intempestifs et trompeurs de l’alarme de décrochage, en contradiction avec l’état de l’avion, ont fortement contribué à la difficulté pour l’équipage d’analyser la situation ».

AF 447 : les boîtes noires mettent Airbus hors de cause

[ad#Patrick.]
Selon les informations émanant du gouvernement et des responsables du Bureau d’Enquêtes et d’analyses, les premiers éléments extraits des boîtes noires auraient totalement mis Airbus hors de cause dans le drame du vol Paris-Rio le 1er Juin 2009.

Les données de l’une des deux boîtes noires , le Data Flight Recorder (DFDR), qui a enregistré les paramètres du vol, ont amené les enquêteurs à conclure que l’ Airbus A 330 était hors de cause. Le BEA va désormais déterminer si les erreurs provenaient, soit de l’équipage soit d’ Air France . Ainsi, deux sources d’informations principales seront utilisées : le DFDR qui indique les actions de l’équipage dans le cockpit ainsi que le Cockpit Voice Recorder (CVR) qui enregistre les conversations dans le poste de pilotage.

D’après les responsables de l’enquête, le niveau de responsabilité d’ Air France ou de son équipage sera communiqué par le BEA ce mardi. En principe, le rapport définitif d’enquête aurait déjà dû être rédigé depuis plusieurs mois.

Il n’y aura pas de commentaire « tant que  le BEA n’aura pas mené à bien l’ensemble des vérifications nécessaires. »

De leurs côtés, les dirigeants d’ Airbus et d’ Air France ont préféré ne pas diffuser un commentaire « tant que  le BEA n’aura pas mené à bien l’ensemble des vérifications nécessaires. »

Lundi soir, le gouvernement a indiqué : « Tout ce qui se passe depuis la découverte de l’épave : la localisation des boites noires, leur remontée et le fait qu’elles soient encore totalement lisibles après avoir passé deux ans par 4000 mètres de fond, est totalement extraordinaire. »

Les enquêteurs espèrent que les boîtes noires de l’ Airbus A330 d’ Air France , qui s’est écrasé dans l’Atlantique avec 228 personnes à bord, pourront donner la clé du mystère de l’accident

En tout cas, un rapport devrait être rendu public au cours de l’été, a annoncé le BEA.

Vol Rio-Paris: l’avion enfin retrouvé.

[ad#Patrick.]

Une large partie de l’épave du vol AF 447 qui s’est écrasé en mer au large du Brésil le 1er juin 2009 a été localisé. La catastrophe avait coûté la vie aux 228 passagers.

Des premières images ont été dévoilées lundi après-midi lors d’une conférence de presse. Sur ces images très nettes on pouvait voir des parties du moteur et un train d’atterrissage.

«Il reste des corps dans la partie qui a été retrouvée», a déclaré lundi Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre des Transports. Elle a aussi évoqué «des identifications possibles». «Tout n’a pas explosé (…). Il y a une partie de l’habitacle et dans cette partie de l’habitacle, il y a des corps».

Cette découverte a lieu une semaine après le  lancement d’ une quatrième phase de recherches pour retrouver l’épave du vol AF 447 . Le Bureau d’enquêtes et d’analyses (BEA) a annoncé dimanche avoir découvert de nouveaux éléments de l’appareil. La priorité est désormais de retrouver les fameuses boites noires. Elles n’ont pas encore été localisées et il est impossible de dire si elles sont en bonne état.

Selon Le responsable du BEA, les restes de l’Airbus A 330 sont dispersés sur une zone de 600 mètres de long sur 200 de large.

Les opérations pour remonter les restes de l’épave devraient commencer d’ici trois semaines à un mois, a préciser Nathalie Kosciusko-Morizet. Un appel d’offre a d’ors et déjà été lancé.

Parmi les autres informations annoncées ce matin:

– le champ de débris était « relativement concentré », selon Jean-Paul Troadec, directeur du BEA, un fait qui est facteur d’espoir. Effectivement cela laisse penser qu’il sera possible de retrouver plus facilement les boites noires. Ces appareils sont indispensables pour déterminer les circonstances exactes du crash.

– cette concentration indique de plus que l’appareil ne s’est pas disloqué en vol, ce qui était l’hypothèse la plus défendue. L’avion aurait pu être entier au moment de l’impact sur la mer.
– La zone de recherche du BEA s’étendait sur plus de  10 000 km².