Pourquoi les terroristes multi-récidivistes sont-ils en liberté ?

En 2001, Karim CHEURFI – Abou Youssouf Al Baljiki pour DAECH – a 23 ans. Il vole une Peugeot 405 à Roissy-en-Bry et percute une voiture de police, les deux voitures finissent dans le fossé, un policier sort de son véhicule, Karim, lui, sort son revolver et fait feu.

Pendant la garde à vue qui s’ensuit, Karim s’empare du 38 d’un policier à qui il a demandé justement des médicaments et lui loge une balle dans le poumon, deux dans la jambe.

Condamné à 20 ans d’incarcération en 2003 pour une triple tentative de meurtre, « Karim C » voit sa peine réduite de 5 ans en 2005. Mais alors, que fait-il sur les Champs-Elysées hier soir ?

Il ne fait aucun doute que Karim Cheurfi est défavorablement connu des services, notamment pour aimer ouvrir le feu sur des policiers. Sa fiche de renseignement a d’ailleurs été soigneusement mise à jour il y a deux semaines, le 6 mars 2017.

Hier soir, libre de se balader sur les Champs-Elysées, Karim Cheurfi accoste comme à son habitude un véhicule de Police, sort un fusil d’assaut AK47 (200 euros sur Tor,  discounté 10% à Marseille) et comme promis sur son compte « telegram » il ouvre le feu pour tuer un policier, en blesser un second, toucher une passante. Il avait d’ailleurs annoncé son projet sur sa messagerie, deux heures après l’attentat DAECH revendique le meurtre sur son réseau multi-lingue « AMAQ ».

Nouveau martyr de DAECH, Karim Cheurfi alias « Abou Youssef Al-Baljiki », a sans doute hérité de ce nom de guerre posthume de la calamiteuse unité des fossoyeurs où sont envoyés les « radicalisés » belges et français. En effet, même DAECH évite d’aller au feu avec les « radicalisés » français, nul ne s’y fie – pas même les pire terroristes islamistes – : Les fruits d’une sous-culture décérébrée ne parlant ni l’arabe ni le français, haïssant tout le monde à la fois sont juste envoyés comme thanatopracteurs motorisés après les batailles ou pour tirer à l’aveugle sur les civils, défenestrer leurs anciens voisins ou encore tuer les policiers stationnés devant Marks et Spencer, 102 avenue des Champs Elysées.

Combien d’autres tueurs et « radicalisés », bien connus des policiers, sont-ils en liberté ? 10.000 en France, bien davantage en Europe ; d’autres arrivent, plus nombreux encore, il n’ont pas toujours de papiers mais leur passeport est déjà sous presse tout comme le prochain communiqué de DAECH qui revendiquera l’attentat d’un prochain français naturalisé, réfugié, ou seulement jeune français membre du mouvement des jeunesses socialistes comme Clément BAUR qui voulait assassiner François FILLON la veille, à Marseille.

Depuis le mois de mars 2017, plusieurs pays sont touchés par des attentats terroristes, l’Aéroport d’Orly, Westminster, Dortmund, Saint-Pétersbourg, Stockholm, Jérusalem, Constantinople quelques semaines avant et menacés par des tentatives pluri-quotidiennes.

 

About The Author

Related posts