Les artisans de la fabrique de cocus…

Fascinant l’acharnement de ce – et ceux – qui prétendent rester debout

à droite à exorciser la tentation d’un vote FN contre toutes les formes
électorales de la gauche … Dès que cette dernière sent le risque d’une
alliance entre un FN débarrassé de ses oripeaux excessifs ou néo-
marxistes et la “droite de conviction”, entravée par ses alliances et ses
déviances de centre-gauche, elle pose la question qui tue : “voteriez-
vous pour le FN” ? Et aucun, AUCUN, n’a le courage de répondre “oui”,
tétanisés qu’ils sont par ce qu’ils croient encore être un poison mortel,
une garantie de bannissement médiatique, une excommunication du
cercle de la respectabilité. Ce faisant cette “droite de conviction”
renforce un système qui les enchaîne, les contient, les cocufie, les
bannit…
Alors qu’il soit dit à ces diaboliques récidivistes que cela ne sert à rien
de faire un pas de deux avec Marion-Maréchal Le Pen pour finir une fois
de plus, une fois encore, par faire la courte-échelle à un candidat qui,
inter alia, marche sur le PCD, donne 96 circonscriptions à l’UDI, installe
NKM en gourou de la modernité et lui file une rente électorale à vie, et
s’apprête en cas de victoire à nommer à Matignon un rad-soc chiraquien
qui ne souhaite pas la présence des crèches dans les halls des
mairies…
C’est pourquoi la meilleure chose qui puisse arriver à cette “droite de
conviction” n’est certainement pas l’élection de François Fillon : celle-ci
renforcerait, au sein d’une Majorité présidentielle monocolore, le parti
issu de l’actuel LR, et cette “droite de conviction” en serait – comme
toujours – le parent pauvre, marginalisée et méprisée par d’aussi grands
phares de la pensée que Christian Estrosi, Xavier Bertrand ou Jean-
Christophe Lagarde.
Il faut au contraire souhaiter que le score de Marine Le Pen au second
tour soit le plus haut possible, même en cas de défaite, pour faire
exploser définitivement LR et permettre une vraie recomposition à droite
autour de convictions partagées et sans ambiguïtés. Faute de quoi,
l’agitation de quelques esprits autoproclamés indépendants finira
comme d’habitude dans les limbes et prendra place (s’il en reste),
honteuse et silencieuse, dans la voiture-balais d’une pseudo-droite co-
responsable du désastre ambiant. Quant à l’ « Avant-Garde », dont
l’attrait résidait dans sa neutralité affichée et sa capacité à jeter des
ponts là où le reste des medias et des partis politiques continuent à
hérisser des herses, elle a – avec la participation à la campagne de
François Fillon de Charles Millon, décidément de tous les naufrages, et
celle du transparent mais sûr de lui Charles Beigbeder – pris place dans
la longue cohorte des “attrape-nigauds” et des leurres qui se créent sur
le rejet du grand parti ectoplasmique classique pour au final mieux rallier
leurs maigres troupes au mâle dominant du moment, au prix d’un
hypothétique strapontin dans le théâtre d’ombres des fossoyeurs de la
France.

About The Author

Related posts