« Russophilie » : François Fillon, l’avant-courrier de Marine Le Pen ?

Елисейский дворец
Елисейский дворец

Елисейский дворец

Moufflon, c’est ce petit caniche domicilié au 79, rue de Grenelle dans le 7ème.

C’est lui qui serait à l’origine des surnoms donnés par les médias aux trois juges d’instruction en charge de l’empilement d’affaires visant le très russophile François Fillon : Boris, Vladimir et Xenia. Ces surnoms ravageurs seraient une référence directe à l’affaire Nemtsov, du nom de cet opposant assassiné devant les murs du Kremlin en 2015.

Chronique « Dans ma tête » de Edmée Ciroën.

Boris, Vladimir et Xenia s’intéressent en particulier aux agissements de la plume de François Fillon, le bien nommé Igor Mitrofanoff, plume de Fillon et rédacteur de son discours de retrait de la campagne présidentielle.

Orthodoxe et fils de russe blanc, Mitrofanoff se targuait d’avoir rédigé le discours dans lequel Nicolas Sarkozy comparait Jacques Chirac à « Louis XVI en train de jouer au serrurier « . Il dément aujourd’hui, avec conviction, être à l’origine de la fuite sur l’existence du discours de retrait de campagne d’un Fillon qui finit par ressembler de plus en plus à Louis XVI, sans avoir pu être roi un jour. Et le talent de serrurier en moins.

A ce moment, la baronne Von Korff se retourne une nouvelle fois dans sa tombe : réussira-t-elle cette fois à faire évader Louis XVI grâce à son passeport russe ?

Et Moufflon demeurait tout triste de cette situation jusqu’à ce que Snowden, de Moscou, ne vienne il y a quelques temps lui apporter une opportune affection. Et en français ! Avec ce Tweet grandiose : « N’oubliez pas que j’ai vécu dans une ville francophone pendant des années ».

La Redaction.

About The Author

Related posts