Le bitcoin reconnu comme un placement par la SEC ?

Le destin du premier placement indexé sur une monnaie digitale se joue le 11 mars.
Si la SEC s’abstient d’interdire la création du premier fonds ETF tracker indexé sur le Bitcoin, la première devise électronique, entrera de plain-pied au nombre valeurs admises au portefeuille des petits porteurs. Son cours, qui s’est déjà porté au niveau du prix de l’once d’or, pourrait flamber le jour-même de 1100 euros à 1500 euros.

Avenir de l’ ETF Bitcoin.

Aux termes du « security exchange act de 1934« , en effet, le nihil obstat de la SEC emporterai validation par omission de la création du fonds ETF des frères Winklevoss : le COIN.

S’ensuivrait une véritable révolution dans le monde de la finance par admission tacite du tracker d’une devise non-étatique, non-contrôlée dans l’éventail des placements bancaires du « bon père de famille ».
Point de « bail-out » Grec ni de « hair-cut » Chypriote pour confisquer les Bitcoins qui ne gravitent pas sur le réseau swift, ne se compensent via clearstream, ne dépendent des Etats et résistent même au gouvernement chinois !

La SEC espèrera probablement que les Etats-Unis y verront l’occasion de jouer un rôle régulateur des monnaies digitales quelque peu à l’abri du « quantitative easing » et de la « planche à billet » des Etats ruinés et autres banques/routes.

Les Etats-Unis pourraient même se prendre à rêver de nouvelles conquêtes de l’ouest sur un marché des crypto-monnaies, sui generis, résiliantes et déjà majoritairement prises d’assaut par les investisseurs russes et chinois.

Les monnaies nationales affaiblies à l’instar de l’euro et du dollar survivront-elles longtemps à l’émergence des monnaies globales non-étatiques, non confiscables ?

About The Author

Related posts