8000 violations de la résolution 1701 du Conseil de Sécurité.

Il n’y avait point de frontières plus stable et oisive que la frontière Nord d’Israel jusqu’au 12 juillet 2006, quand le Hezbollah tuant huit soldats israéliens et s’emparant de deux otages a déclenché la deuxième guerre du Liban. 4000 missiles katioushas et un Fajr 5 sont tirés à l’aveugle sur Israël jusqu’au cessez-le-feu proclamé le 11 août 2006.

Afin de veiller au maintien de la paix à la frontière Israélo-Libanaise, le Conseil de Sécurité des Nations unies a voté et promulgué la Résolution 1701, qui dispose :

“Lance un appel à Israël et au Liban pour qu’ils appuient un cessez-le-feu permanent et une solution à long terme fondés sur les principes et éléments suivants : strict respect par les deux parties de la Ligne bleue; adoption d’un dispositif de sécurité qui empêche la reprise des hostilités, notamment établissement, entre la Ligne bleue et le Litani, d’une zone d’exclusion de tous personnels armés, biens et armes autres que ceux déployés dans la zone par le Gouvernement libanais.”
L’on ne saurait être plus vertueux en bonnes intentions…

Cette résolution appelait au désarmement du Hezbollah et à son retrait du sud-Liban, en vain. A l’inverse, le Hezbollah viole 8000 fois les termes de la résolution 1701 en 10 ans décuplant ses capacités ballistiques, l’organisation terroriste disposant aujourd’hui plus de 120000 missiles de courte, moyenne et longue portée, livrés par l’Iran via la Syrie. Le Hezbollah se vante publiquement de violer la Résolution de l’ONU. Hassan Nasrallah, leader de du Hezbollah, promet même sur Al-Manar TV en novembre 2012, “Si Israël a été choqué par le missile Fajr-5 qui a frappé Tel Aviv, comment vont-ils réagir aux milliers de missiles qui vont pleuvoir sur Tel Aviv et le reste du pays s’ils envahissent le Liban ?”

Chaque mois, des missiles s’abattent au hasard sur les villes israéliennes par centaines.

Israël, quant à lui, n’est pas resté les bras croisés et, prenant la menace combinée du Hezbollah et de Daesh au sérieux, a décuplé ses capacités oenologiques en déployant une centaine de nouveau vignobles et caves de qualités tout en mithridatisant les populations avec plusieurs centaines de millions de vins dégustés dans le sharon, le Galil et le plateau du Golan.

L’emergence de 60 nuances de la bannière de Daesh à moins de deux kilomètres de la frontière d’Israel défendue par les paisibles vignobles de Gamla, Château Golan et de Pelter est déjà considéré comme un front possible, pendant que les casques bleus comptent les chars…File_000

About The Author

Related posts