Emprise mentale : quand la thérapie dérape

Des thérapeutes qui dérapent avec leurs patients ? Des centaines d’affaires avaient fini devant les tribunaux dans les années 90 aux Etats-Unis. Depuis quelques années, le phénomène fait son apparition en France. Un documentaire de la réalisatrice Stéphanie Trastour, diffusé demain sur France 5, décrit les ravages de ces thérapies déviantes. Lien vers la vidéo.

manipulation

Ils étaient mal dans leurs peaux, en proie à des questions existentielles, peut-être un peu déprimés… Un jour, Sophie, Bernard, Violène, Valérie, Olivier et Claude ont croisé la route d’un psy providentiel dont le titre sonnait comme une promesse. Humanothérapeute, fondateur de la Biologie Totale des Etre Vivants, psychanalyste Jungien… Derrière ces noms savants se cachaient de redoutables marchand d’illusions qui les ont ruinés et fait voler leur vie en éclats. Après des années d’emprise, ces patients ont porté plainte contre leur gourou pour abus de faiblesse. Trois affaires – Benoît Yang Ting, Claude Sabbah et Jacques Masset – étaient au cœur de l’actualité judiciaire en 2015 que le documentaire de Stéphanie Trastour a analysé.

« Dans notre société en éternelle quête de mieux-être, jamais les thérapeutes de l’âme n’ont eu autant de succès. En France, de nouvelles vocations naissent chaque jour et les charlatans prolifèrent », explique-t-elle. Les associations de lutte contre les dérives sectaires enregistrent chaque année plus de 2500 plaintes contre les thérapeutes qui dérapent. Mais ces « dérapeutes »  seraient en réalité des dizaines de milliers à exercer une emprise mentale sur leurs patients. Leur technique de manipulation ? Le plus souvent, des promesses de guérison miracle ou des faux souvenir de maltraitance ou de viols durant l’enfance. Leur but ? L’argent, le sexe et le pouvoir.

Si en France le phénomène des thérapies déviantes est encore relativement méconnu, aux Etats-Unis, il a défrayé la chronique pendant 20 ans. C’est ici que le phénomène des faux souvenirs induits fait son apparition dans les années 80. A l’époque, les thérapies dites de la mémoire retrouvée sont très en vogue. Faussement inspirées de la psychanalyse, elles aident les patients à se remémorer de traumatismes soi-disant refoulés de leur enfance. Très vite, ces thérapies dérapent et déclenchent une épidémie de faux-souvenirs d’inceste. Les procès explosent. Des pères de famille se retrouvent derrière les barreaux pour des viols imaginaires. Une fois innocentés, ils se retournent contre les thérapeutes de leurs enfants. La Justice américaine sera sans pitié pour ces charlatans parfois condamnés à payer des millions de dollars de dommages et intérêts. En 10 ans, ce déferlement de dénonciations entraînera près de 800 procès.

manipulation 2

Le film – « Emprise mentale : quand la thérapie dérape » – réalisé par Stéphanie Trastour, après plus d’un an d’enquête, propose une plongée au cœur de la manipulation mentale. Il donne une grande place à la parole de rescapés de ce long calvaire qu’est l’emprise. Celle qui peut aller jusqu’à la prostitution, le viol, et même la mort. Face à ce fléau, les pouvoirs publics et la Justice sont encore démunis en France. Ce documentaire donne aussi la parole à ceux qui ont fait de la lutte contre les thérapies déviantes un combat. Pour que les peines soient à la hauteur de ce que les spécialistes qualifient parfois de « meurtre psychique ». A voir pour comprendre ce phénomène inquiétant.

About The Author

Related posts