Golan Box-TV : le modèle Freebox bientôt en Israël

Après la révolution du marché des téléphones cellulaires en 2012, suite à l’arrivée de Golan Telecom, petit frère de Free dirigé par Michaël Golan, ancien d’Iliad, la maison-mère de Free, le modèle lancé par Free pour casser les prix dans les télécommunications refait surface en Israël avec l’arrivée de la concurrence dans le domaine de la télévision dès 2015.

Michaël Golan vers la Golan Box

Michaël Golan vers la Golan Box

Israël a eu Free mobile avant la Freebox

Ce n’est pas exactement Free Mobile, mais en quelques sorte son petit frère, Golan Telecom, qui a débarqué en 2012 en Israël, un an après la sortie en France de Free Mobile. Le processus en Israël a été inverse à celui de la France : la sortie des services pour téléphones portables avant ceux pour la télévision. Mais le résultat fut le même : Golan telecom a cassé considérablement les prix en proposant un forfait illimité à 99 shekels (environ 20 euros) et un petit forfait de 60 minutes puis 120 minutes et SMS illimités à 9 sehekels (environ 2€). La concurrence a néanmoins été plus dure en Israël qu’en France. Les compagnies israéliennes  n’ont en effet eu de cesse depuis 2 ans et demi de tenter d’étrangler le petit Golan en s’alignant systématiquement sur ses prix. Ce fut notamment le cas de Hot Mobile, filiale cellulaire de Hot, le grand opérateur national pour la télévision et accessoirement internet, qui a lancé son offre pour téléphone mobile le même jour que Golan Telecom, en 2012. Golan a dû alors redoubler de promotions pour exister, au point de proposer récemment un forfait – limité dans le temps – à 18 shekels (soit à peine 6 euros) en tout illimité. C’est seulement alors que les autres compagnies que sont Cellcom, hot mobile, Orange, ou encore 012 n’ont plus pu suivre. Dans une démarche de conquête, Golan telecom s’est fait un réseau fidèle de 600 000 clients dans un petit pays de 8 millions d’habitants. Ces derniers mois, Golan Telecom a même prouvé sa volonté accrue de baisser les prix en abaissant son forfait tout illimité de quelques shekels, passant à 95,70 shekels (environ 19 euros), comme ont pu le découvrir avec joie ses abonnés fidèles. Une initiative qui devrait lui rapporter de la confiance face à des concurrents adeptes des forfaits indexés à l’inflation et donc constamment en augmentation naturelle, comme c’est le cas actuellement pour la télévision chez les deux grandes compagnies du pays : Hot et Yes. Reste néanmoins à poursuivre cette révolution technologique et économique pour l’accès à internet et la télévision.

Les infrastructures en Israël sur la voie de la France

Ce devrait être chose faite en 2015 avec l’ouverture si attendue du marché de la télévision. En plus de Hot et ses forfaits entre 300 et 400 shekels (de 60 à 80 euros), et Yes (qui ne fait que la télévision (pour environ 40 à 50 euros), Israël devrait voir débarquer d’autres opérateurs. D’ores et déjà les Israéliens ont pu découvrir Idan Plus, qui propose six chaînes gratuites après achat du boîtier. Ils devraient voir arriver deux concurrents supplémentaires à Hot et Yes dans les prochaines semaines : Rami Levy, six chaînes gratuites plus d’autres chaînes thématiques et un VOD limité pour 90 shekels (environ 17 à 18 euros), dès janvier ; et Cellcom, l’opérateur téléphonique qui se lance dans la télévision et qui propose plus de chaînes thématiques et un plus large éventail de choix en VOD pour 120 shekels (environ 24 euros) d’ici une date encore non définie. Puis viendra l’arrivée de Golan TV, très attendue, pour seulement 100 shekels (20 euros), et qui comprendra les six chaînes gratuites et un large éventail de chaînes thématiques et de programmes en VOD dans le courant 2015.

Hot et Yes n’ont qu’à bien se tenir car les Israéliens, qui ne cessent de se plaindre du coût de la vie – qui a provoqué les plus grandes manifestations du pays pendant l’été 2011 – pourraient bien se précipiter chez les nouveaux arrivants pour faire baisser leur facture de télévision.

Le secteur de la télévision cessera alors d’être l’un de ceux qui participent de la vie chère en Israël.

About The Author

Auteurs de nombreux articles en matière de technologie et anciennement professeur en EPITECH, Eyal Dotan est une personnalité connue dans le milieu des technologies de l'information. Il couvre la région Asie Sud-Est depuis Bangkok.

Related posts

Leave a Reply