Shoa : le dénonciateur d’Anne Frank identifié?

Alors que la Pologne et le monde civilisé commémorait le 27 janvier dernier les 70 ans de la libération du camp d’Auschwitz et qu’Israël s’apprête à fêter à partir de mercredi soir et comme tous les ans le Jour de la shoa, un des plus vieux mystères de la guerre pourrait avoir été résolu. Dans un livre paru mardi 7 avril en effrt, Jeroen de Bruyn et Joop van Wijk affirment avoir identifié le dénonciateur qui a trahi l’une des victimes les plus célèbres du nazisme, Anne Frank, et conduit à l’arrestation de toute sa famille et ainsi à sa mort.

Se replonger dans l’histoire de la Shoa

Sous le signe de la Shoa, cette semaine appelle à la commémoration,  au souvenir et à la lecture de livres sur la Shoa. Peut être à la relecture d’un des grands classiques de la guerre : le journal d’Anne Frank. Qui ne connaît pas aujourd’hui l’histoire de la jeune néerlandaise la plus célèbre de tous les temps, peut être la néerlandaise la plus tristement célèbre de tous les temps, jeune ou pas. Cachée dans un appartement secret aménagé à Amsterdam en effet, en pleine guerre, Anne Frank la juive fut trahie et livrée à la déportation vers les camps d’extermination avec sa famille, et y mourut à l’âge de 15 ans (probablement du typhus).

Un nouveau livre sur Anne Frank

Alors qu’il y a quelques années était retrouvé dans une cave le journal intime d’une autre jeune fille pendant la guerre, on ne connaît pas encore exactement dans quelles conditions Anne Frank et sa famille ont été arretées. Le livre s’interrompt d’un coup et Anne Frank n’a pu évidemment le poursuivre de là où elle était. Les historiens, remontant la filière,  ont retrouvé sa trace à Auschwitz, où elle est morte quelques mois plus tard, sans doute plus tôt qu’on ne l’a cru d’après des dernières découvertes et sans doute du typhus. Mais on ne savait pas encore qui avait provoqué son arrestation,  en somme qui l’avait dénoncée,  elle et sa famille.

Comme le rapporte le quotidien israélien Haaretz, un nouveau livre écrit par Jeroen de Bruyn, un journaliste flamand, ainsi que Joop van Wijk, le plus jeune fils d’Elisabeth « Bep » Voskuijl, jeune femme néerlandaise qui avait aidé les Frank à se cacher, affirme que le dénonciateur d’Anne Frank pourrait en réalité être une proche de la famille : Nelly Voskuijl, la sœur d’Elisabeth.

De nouvelles sources sur l’histoire d’Anne Frank

Les auteurs se basent pour étayer leur thèse sur le témoignage de deux personnes qui avaient refusé de s’exprimer sur le sujet jusqu’à présent, explique encore Haaretz: Diny Voskuijl, la troisième sœur, ainsi que Bertus Hulsman, le fiancé de Bep Voskuijl. D’après les deux auteurs, Nelly Voskuijl aurait collaboré avec la Gestapo, sa soeur Bep en effet, se méfiait d’elle, et elle a exprimé à certaines occasions son ressentiment à l’égard des juifs. En outre, cette theorie corrobore celle de ‘officier SS qui a procédé à l’arrestation des Frank, retrouvé en 1963,  qui a expliqué avoir été informé par « la voix d’une jeune femme ».

Les auteurs n’affirment pas précisément que la jeune femme est la dénonciatrice mais estime que c’est aujourd’hui la thèse la plus crédible.

About The Author

Related posts

Leave a Reply