Forum Crans Montana des Femmes Africaines à Dakhla.

Femme d'Algérie

Femme d’Algérie

Pour fêter son 30ème anniversaire, le Forum Crans-Montana a décidé d’organiser du 12 au 14 mars 2015, à Dakhla, le « Crans Montana African Women’s Forum » et ce, en partenariat avec l’UNESCO et l’ISESCO.

Ce Forum, dont le comité d’honneur est présidé par Irina Bokova, Directrice Générale de l’UNESCO, se tiendra en marge en marge de la session annuelle de celui consacré à l’Afrique et à la coopération Sud-Sud, et est dédié à la Femme.

Y participeront de nombreuses personnalités féminines, parmi lesquelles Simone Veil, membre du Conseil Constitutionnel français, Nana Konade Rawlings, 1ère dame du Ghana, Huguette Labelle, Présidente de Transparency internationale, Maria Da Luiz Dai, 1ère dame du Mozambique, ainsi que plusieurs représentantes de gouvernements et d’ONG’s d’Europe, des Etats-Unis, d’Afrique et du monde arabo-musulman.

Seule absente, la Femme algérienne car victime d’un régime préoccupé à faire capoter cet évènement mondial qu’est la réunion de Dakhla. C’est dire la place désolante et humiliante qu’occupe la Femme dans la société algérienne.

D’ailleurs, toute les femmes et organisations féminines algériennes qui ont osé lutter pour les droits de la Femme furent, et elles le sont encore aujourd’hui, réduites au silence éternel, comme ce fut le cas pour Nabila Djahnine, une icône Kabyle des droits de la Femme, en 1995.

En Algérie, la Femme est confinée à vie dans un statut de mineur et ses droits bafoués.

Ce Forum des Femmes Africaines a pour objectif la construction d’un monde plus humain où la Femme africaine aura toute sa place dans la dynamique du développement du continent africain.

A rappeler qu’en mai 2014, « l’Africa Women Forum » avait organisé, en partenariat avec la Wilaya de la région d’Oued Ed-Dahab-Lagouira, le Conseil de la Communauté Marocaine à l’Etranger et l’Institut International pour la Sécurité et le Développement, à Dakhla son 1er conclave sous le thème « Femmes, Sécurité et Paix » qui a rassemblé des dizaines de femmes leaders en provenance de 37 pays.

Les intervenantes avaient, au cours de ce colloque, unanimement appelé à lever le blocus imposé aux séquestrés sahraouis dans les camps de Tindouf, notamment les femmes et les enfants et interpellé l’ONU et les organisations internationales pour que fin soit mise au drame des citoyennes sahraouies marocaines embastillées, violées, torturées et vendues comme esclaves sexuelles aux terroristes et à Cuba, qui constitue une illustration parfaite de la situation des femmes africaines victimes des guerres et de l’insécurité sévissant dans le continent.

Club de l’Afrique Atlantique

L’annonce en a été faite le 17 février 2015 et elle tombe comme un couperet pour les dirigeants algéro-polisariens : Crans-Montana a décidé de la création du « Club de l’Afrique Atlantique ».

Ce Club sera lancé le 12 mars 2015 à Dakhla lors du 30ème Forum de Crans-Montana et aura pour objectif de consolider le développement et l’intégration régionale.

Composé de décideurs du monde des affaires, de la politique et des gouverments des Etats africains de la façade Atlantique fortement engagés en faveur de l’Afrique, ce Club s’attelera essentiellement à assurer l’essor économique et social des pays africains et à instaurer des passerelles opportunes de coopération régionale de la côte Atlantique de ce continent afin de garantir la réussite de son intégration dans une économie mondiale.

Ce nouveau Club africain tiendra ses réunions annuellement dans un premier temps au Maroc puis dans d’autres pays en Afrique ou à l’Etranger.

Il est évident que l’Algérie en est automatiquement exclue puisque ne possédant pas de façade Atlantique. Une Initiative qui enrage les dirigeants algériens et met à néant son rêve de leader de l’Afrique et brise à jamais son rêve d’un accès sur l’Océan Atlantique via Polisario.

About The Author

Related posts

Leave a Reply