Le retour du high tech made in Israel

Qui a dit que le high tech israélien se reposait sur ses lauriers et faisait preuve ces derniers temps d’un certain recul ou d’un manque d’innovation? 2015 commence fort avec plusieurs rachats de start-up israéliennes par plusieurs géants du net.

Equivio

Equivio

Samsung, Dropbox et Microsoft s’arrachent les start-up d’Israël

Après les grands éclats de Facebook et Google, c’est au tour de Samsung, de Microsoft ou encore de Dropbox de toucher leur part du gâteau en rachetant des start-up israéliennes.

Samsung a en effet fait l’acquisition de 2 startups israéliennes en à peine une semaine. Deux investissements de 10 millions de dollars américains chacun ont permis le rachat de Rounds et d’EarlySense, respectivement spécialisées dans les applications de communication sur internet et de suivi médical de patients à distance. Le géant coréen compte ainsi intégrer les applications israéliennes à son savoir-faire, ses brevets et bien entendu les inclure dans les capacités de ses téléphones intelligents et tablettes.

De même on sait aujourd’hui que Microsoft a officiellement acheté Equivio, une start-up qui développe l’outil Zoom disposant d’une technologie de Machine Learning capable de structurer des documents de différentes natures autour d’un sujet précis avec une analyse poussée du texte et en rapprochant automatiquement les doublons. Au fur et à mesure les algorithmes seront en capables de mieux trier ces fichiers pour répondre plus précisément aux besoins des utilisateurs. Selon Rajesh Jha, vice-président de la division Office et Office 365, actuellement Zoom est principalement utilisé par des centaines de cabinets d’avocats, par de grandes sociétés mais également par des agences fédérales du gouvernement américain. Aussi pour Microsoft il s’agit donc non seulement de renforcer ses outils existants mais également d’élargir son portefeuille de clients professionnels.

Enfin, le géant du Cloud Dropbox a lui aussi mis les pieds en Israël en décidant de racheter la start-up Cloud On mais surtout ouvre un centre de RND en Israël.

 

Israël reste la nation start-up mais …

 

2015 commence donc en beauté pour les start-ups israéliennes avec des rachats à plusieurs millions de dollars, même si on est loin des chiffres conséquents publiés pour Viber, Waze ou encore SlickLogin.

La presse économique israélienne s’est faite néanmoins plus critique sur le monde du high tech en 2014 en relevant que les entreprises israéliennes s’étaient spécialisées vers l’exit plutôt que dans le développement, ce qui contribuait d’une part à ne pas générer de nouveaux emplois mais aussi à terme d’empêcher le développement d’une véritable industrie de haute technologie capable de se baser sur des entreprises majeures et leaders dans leur domaine, comme c’est le cas aux Etats-Unis dans la Silicon Valley. Si Israël reste une petite nation qui étonne déjà par sa capacité à proposer plus de start-up au mètre carré que tous les autres pays et constitue un leader dans le monde du high-tech, malgré tout, aucun géant du net n’est encore israélien. Seule la société Wix reste aujourd’hui le modèle d’un développement qui ne cède pas à la tentation de l’exit. Aussi, à quand un Facebook, Google, Microsoft, Samsung ou Apple made in Israel?

About The Author

Auteurs de nombreux articles en matière de technologie et anciennement professeur en EPITECH, Eyal Dotan est une personnalité connue dans le milieu des technologies de l'information. Il couvre la région Asie Sud-Est depuis Bangkok.

Related posts

Leave a Reply