La croissance mondiale à 3%

Le FMI a annoncé les chiffres de la croissance mondiale pour 2014. Si les 3,4% prévus ont été revus à la baisse, le monde devrait compter sur un certain nombre de pays émergents, pas tous, pour tirer la croissance.

 

Chiffres de la croissance mondiale

Chiffres de la croissance mondiale

Les chiffres de la croissance mondiale

 

La directrice du FMI Christine Lagarde a annoncé lundi les chiffres sur la prévision de la croissance mondiale pour le compte de cette année 2014.

« Cette année la croissance se situera entre 3% et 3,5% » a indiqué l’ancienne deputé de l’UMP au journal Les Echos. Mais les 3% sont désormais bel et bien envisagés. Pour plus de détails, il faudra néanmoins attendre : le FMI doit publier ses estimations de croissance le 07 octobre 2014.

 

Une croissance inégale

 

« Faible, inégale et fragile », tells ont été néanmoins les mots utilizes par la directrice du FMI, qui réaffirme son inquiétude par rapport à « la valorisation très forte de certains actifs ». Dans les pays développés comme dans les pays émergents, les règles appliquées encore il y a quelques années se relativisent et les investisseurs doivent faire preuve de prudence et de diversification de leurs actifs pour un rendement plus sécurisé dans une économie plus volatile. Christine Lagarde a demandé en effet une « attention poussée de la part des superviseurs et régulateurs des marchés ». Depuis janvier où le FMI avait parlé des prévisions de croissance de l’ordre de 3,7%, soit 0,1 point de plus que l’an passé, les prévisions sont à la baisse. En juillet, elles étaient de 3,4%, elles peuvent descendre aujourd’hui à 3%.

 

Facteurs de la croissance

 

Plusieurs facteurs sont en outré pointés du doigt. La Crise en Ukraine est désignée en premier, elle semble beaucoup plus importante d’un point de vue financier, que d’autres crises en Irak ou en Syrie par exemple, bien que les crimes commis y soient beaucoup plus importants. Mais la finance prend surtout en compte les mesures prises à l’égard de Moscou et les sanctions appliquées en retour par Poutine. Viennent ensuite le ralentissement de la zone euro, mais aussi des pays émergents, la Chine dans une certaine mesure, et surtout le Brésil, qui entre en récession et qui s’éloigne énormément de la forte croissance qui le caractérisait il y a encore quelques années. Le FMI mentionne également par ailleurs que le PIB japonais souffre d’une augmentation d’une taxe sur la consommation depuis le début avril 2014. La croissance de la reprise aux Etats-Unis ainsi que dans une partie de l’Union européenne ne suffit pas, ne suffit plus.

About The Author

Related posts

Leave a Reply