Crise dans le luxe : Hermès résiste mieux

Le patrimoine de la société de luxe Hermès a moins à s’en faire que les autres grands noms du secteur, bien qu’aucun ne soit en réel danger. Hermès résiste mieux à la crise.

Hermès

Hermès

Accord entre Hermès et LVMH

Alors qu’Hermès et LVMH viennent de signer la fin de leurs relations très houleuses depuis que Bernard Arnault avait acquis plus de 20% du patrimoine d’Hermès et que ce dernier avait engagé une dure campagne contre son concurrent, Hermès peut avoir le sourire. Non seulement il vient de se débarrasser du danger d’un rachat par son grand concurrent, numéro 1 du luxe dans le monde, LVMH, mais en plus il peut se vanter d’être la marque la plus en vogue du moment et celle qui connaît le moins la crise. La campagne de réaction contre Bernard Arnault aura, au fond, servi l’image de la marque, qui se sera mis sur le même pied que son concurrent.

Pas de ralentissement chez Hermès

Aussi Hermès n’est pas encore atteint par le franc ralentissement du secteur du luxe. Le maroquinier du Faubourg Saint-Honoré a publié en effet vendredi 29 août un résultat net en hausse de 8 %, à 413 millions d’euros pour les six premiers mois de l’année. Ces résultats sont tombés avant la signature de l’accord avec LVMH, le mardi suivant, mais alors que les conseils d’administrations avaient donné leur accord et que tout semblait se terminer pour le mieux. Quoiqu’il en soit, la rentabilité opérationnelle (32,6 %) d’Hermès reste proche des plus hauts niveaux historiques atteints en 2013, (33,1 % au premier semestre).

Hermès sur une pente ascendante

Connu pour donner chaque année des prévisions prudentes, le groupe devrait continuer sur ce rythme même s’il prévoit néanmoins un « objectif à moyen terme de progression » des ventes autour de 10 %, soit un peu plus faible. Selon toute vraisemblance, Hermès devrait dépasser la barre des 4 milliards d’euros de chiffre d’affaires cette année. La crise finit bien par l’atteindre comme le secteur du luxe, qui au début de la crise, semblait être complètement indemne et qui connaît ses premiers ralentissements après tout le monde, mais, ayant eu le temps de voir venir, le secteur et Hermès en premier lieu, ont eu le temps de réagir prudemment, comme il se doit. Hermès peut par exemple, contrairement à ses confrères, se targuer d’une très bonne santé en Chine au cours du premier semestre où il a affiché des ventes en hausse de 12 % à 662 millions d’euros et vient d’inaugurer le 12 septembre un très grand magasin à Shanghaï.

About The Author

Related posts

Leave a Reply