Guy Martin s’inspire de Guerlain à Paris

La capitale française n’en finit pas de revisiter son passé par les papilles. Le chef du Grand Véfour, Guy Martin, décline dorénavant Guerlain dans l’assiette et sur les Champs-Elysées. A voir et à goûter.

Par Valérie FerrerGuy Martin

Guy Martin est un artiste. Un de ces cuisiniers qui vit son métier avec le sérieux et l’intuition des créateurs investis. Passionné par les lumières de Monet, dingue des Rolling Stones, ce savoyard a choisi la cuisine pour terrain d’expression. Mais attention pas n’importe laquelle. La haute gastronomie, celle qui se conjugue sur le mode de l’excellence. Pour preuve, ses étoiles, son titre de meilleur cuisinier d’Europe mais aussi de meilleur chef du XXIème siècle au Japon et en Suisse. Directeur du Grand Véfour, aux commandes du Cristal Room Baccarat et de l’Atelier Guy Martin, cet autodidacte compose ses menus comme d’autres des partitions ou des tableaux. Sa rencontre avec la Maison Guerlain ne pouvait que couler de source. Sur les Champs Elysées, au numéro 68, dans cette boutique extraordinaire aux charmes d’antan, le chef a décidé depuis fin 2013 de donner libre cours à son imagination, confrontant son univers à celui des parfums. Et là, miracle, l’alchimie a opéré. Les senteurs de vanille, de rose ou encore de fève tonka se sont alors associées dans un mariage subtil rendant hommage à un mythique et à une cuisine volontairement saupoudrée de féminité, de gaieté, de couleurs. « Sublimé par l’architecte Peter Marino, le lieu est devenu lumineux, glamour, floral. Je m’en suis inspiré pour créer des plats qui reprennent les grands classiques de Guerlain, la petite robe noire ou encore Shalimar » explique le chef. Pour s’en imprégner, cap sur la pâtisserie du 68 mais aussi les brunchs du dimanche où l’espadon fumé au curcuma côtoie les choux croquants à la vanille.
Créatif, cet inclassable de la cuisine française est aussi un travailleur acharné, un libre penseur qui fourmille de projets et de désirs. Après avoir sorti un livre sur les 230 ans du Grand Véfour, inauguré cet hiver le restaurant franco-italien de l’hôtel Mont-Blanc à Chamonix, initié un bar à champagne et tapas dans les jardins de Baccarat pour cet été, voilà qu’il planche sur trois nouveaux lieux qui devraient ouvrir en 2015 à l’aéroport de Roissy. Un lieu atypique qui donne des ailes à ses rêves. Car des rêves, il en a Guy Martin. Des rêves d’exostime, de douceur, de cocotiers… Des rêves en passe de devenir réalité. A Tetiaroa, l’île de Marlon Brando située en Polynésie française, il ouvre en juillet deux restaurants dans un sublime hôtel, le Brando. A l’automne, ce sera au tour de St Barth d’accueillir notre toqué. « J’aime passer d’univers à l’autre. Cela me nourrit. Les beaux lieux m’inspirent et me permettent de raconter des histoires à travers les plats » conclut Guy Martin, les pensées déjà tournées vers d’autres défis.

 

About The Author

Related posts

Leave a Reply