Gastronomie : New York au sommet du Guide Michelin

La ville de New York n’en finit pas d’être l’un des lieux les plus incontournables de la haute gastronomie. On y compte 67 restaurants étoilés dans l’édition du guide Michelin 2014, avec pour la première fois un restaurant coréen qui obtient deux étoiles.

guide-michelin-ny-2014Le nouveau coréen de la gastronomie à New York

Ceux qui parlent encore des Etats-Unis comme le pays de la malbouffe, feraient bien de faire un tour à New York, et de se référer au guide Michelin 2014. La ville y compte toujours sept restaurants trois étoiles, les mêmes que l’an dernier, dont trois restaurants français, Daniel (Daniel Boulud), Jean Georges (Jean-Georges Vongerichten), et Le Bernardin (Eric Ripert) ; ou encore le Japonais Masa de Masa Takayama, Per Se du Californien Thomas Keller, Eleven Madison Park où officie le Suisse Daniel Humm, et « Chef’s Table at Brooklyn Fare » l’épicerie-restaurant de César Ramirez.

Parmi les restaurants deux étoiles, pour la première fois, un restaurant coréen, « Jungsik », basé à TribeCa, du chef Jung Sik Yim, fait son entrée.

« C’est un jeune chef brillant, qui a travaillé en Corée, à New York et également en Espagne dans un trois étoiles Michelin », explique à l’AFP Michael Ellis, directeur des guides à l’international. « C’est une cuisine très personnelle, qui intègre à la fois ses origines coréennes et les techniques européennes de haut niveau, pour une cuisine d’auteur qui est superbe ».

La gastronomie deux étoiles et une étoile de New York

Toutefois, malgré l’entrée du restaurant coréen à deux étoiles, leur nombre diminue, on en compte à présent cinq (contre sept l’an dernier) à être cette année récompensés des deux étoiles qui célèbrent une cuisine « excellente qui mérite le détour »: « Jungsik », « atera », du jeune chef Matthew Lightner dans le quartier de Tribeca, le Japonais Soto à Greenwich Village, l’Italien Marea près de Central Park, et Momofuku Ko dans l’East village.

Quant aux restaurants à une étoile, ils augmentent et sont au nombre de Cinquante-cinq restaurants, dont neuf pour la première fois. On y retrouve par exemple « the Musket », du chef néo-zélandais Matt Lambert, installé à Nolita, dans le sud de Manhattan et qui selon Michael Ellis réinterprète les plats et recettes de Nouvelle-Zélande « avec une vision contemporaine de la cuisine américaine et européenne, pour une cuisine absolument étonnante par sa fraîcheur ».

La difficile gastronomie de New York

Plusieurs restaurants ont en revanche perdu leurs étoiles. Gordon Ramsay au London a perdu son chef, et ses deux étoiles. Même chose pour Corton à Tribeca. Gilt, sur Madison avenue, qui a fermé.

Addour d’Alain Ducasse (une étoile l’an dernier) a également fermé dans l’hôtel St Regis.

Pour certains, les restaurants de haute gastronomie, et en particulier les chefs qui arrivent de loin, ont du mal à s’imposer dans un milieu qui dépend essentiellement des grands hôtels de luxe, qui accaparent la clientèle habituée à ce type de cuisine.

Au total, 930 restaurants figurent dans l’édition 2014 du guide Michelin de New York, contre896 l’an dernier. 67 sont étoilés, contre66 l’an dernier.

Enfin, en plus des étoilés, on y trouve 138 restaurants à l’excellent rapport qualité-prix, les « bibs gourmands », où l’on peut manger deux plats et boire un verre de vin ou déguster un dessert pour 40 dollars ou moins (hors taxes et pourboire).

New York est sans conteste une ville de haute gastronomie.

About The Author

Related posts

1 Comment

  1. Pingback: New York encore plus haut dans les étoiles – RTL.be | Italia Per Sempre

Leave a Reply