Pasquale De Simone, GlobeCitizen : de Paris à Bombay en vélo

Pasquale De Simonea décidé de gagner Bombay depuis Paris à Vélo, il nous explique le cheminement qui l’a conduit à cette décision. Nous prendrons périodiquement des nouvelles de notre ami Globecitizen.

pasquale de simone paris bombay à vélo

globecitizen

 

Mon nom est Pasquale De Simone, mais toute le monde m’as toujours appelé Lino.

Né à la fin de 1975 dans le sud de l’Italie, entre les provinces de Caserte et de Naples, de parents ouvriers et grand parents fermiers; grandi dans ce que je considérais comme un « coin de paradis »!

Ayant passé la majeure partie de ma jeunesse à la campagne, ne peut pas nier que j’étais curieux de decouvrir le reste du monde à moi inconnu, déjà à l’âge tendre de 12 ans, à la suite d’une discussion avec mon père j’essayé de fuguer de chez moi…. inutile dire que je suis revenu après même pas quelques heures.

Le destin amène ma famille à vivre dans la banlieue de Rome en 1996 …. C’était un départ forcé, bien sûr, où je n’étais pas totalement à l’aise … mais qui marque le début de mon devenir «indépendant»

J’ai commencé à travailler comme coursier en scooter, le soir j’étais à bout de force, mais tellement déterminé que la fatigue s’évanouissait dans un instant à l’idée de ce que je poursuivais. J’ai continué comme çà  pendant quelques années … jusqu’à ce que j’ai eu la possibilité de débuter en cuisine. «l’opportunité de travailler en cuisine, a toujours été un de mes rêves. J’ai eu l’occasion, grâce à mon cher ami Adriano… « Er Demetrio » pour les copains, qui a laissé un poste vacant dans une cuisine pas comme les autres …. C’était La Cuisine!!!! Les coulisses d’une émission de télévision qui a été diffusé sur une chaîne thématique satellite Gambero Rosso Channel.

Ce fut une expérience inoubliable pendant laquelle  j’ai eu des «gourous» de la cuisine italienne comme Laura Ravaioli, Massimiliano Mariola, Fulvio Pierangelini Igles Corelli, Bruno Barbieri, Nico Atrigno et beaucoup d’autres noms en Haute Cuisine Italienne. Je me suis retrouvé en étroite collaboration avec ces chef merveilleux, mais plus important encore, leur comportement était totalement différent de celui supposée dans un environnement de cuisine « classique »… Ils étaient plus «disponible moins irritable et plus disponible à l’explication.

A cause de la politique de cette entreprise j’ai du abandonner mon poste, mais sans «perdre ma passion pour la cuisine. J’ai commencé à travailler dans les restaurants de la capitale italienne, où, cependant, je me suis vite lassé d’être un rouage dans le mécanisme dont je ne voulais pas être complice, et alors grâce à un contact je me dirigeai vers Paris pour y venir travailler.

Après une première expérience  d’un an, la deuxième, dans un autre restaurant italien toujours à Paris, pendant environ 6 ans, et je suis également invité à participer à une société dédiée à la gestion d’une chaîne de restaurants italiens. Tout cela a considérablement augmenté mes revenus, mais çà m’a fait aussi comprendre que plus « j’avais et moins je me sentais épanoui , en effet à ce moment là j’étais blasé!

L’idée de voyager m’a toujours fasciné depuis longtemps, même si pendant des années je pouvais seulement en rêver en raison de mes moyens.

Depuis mon jeune âge, je me suis laissé emporter par les photos que mon oncle ramenait  de ses voyages autour du monde. L’idée d’être en mesure, même pour un instant, de voir ce que se passait dans le reste du monde m’intéressait énormément.

Et puis j’ai commencé à faire mes premiers voyages…. Europe (Suisse, Royaume-Uni, Espagne, Portugal), en Asie (Thaïlande) et les Amériques (Venezuela, le Pérou , Costa Rica, Californie). Et le Maroc aussi mais seulement quelques jours.

A mon retour de Thaïlande, c’était l’an2000, ou j’étais allé voir un vieux pote [[[Bella Anto ‘!]]] avec une bande de potes, j’ai décidé que ma prochain destination aurait du être l’Inde. » Ce rêve, de vouloir faire ce voyage absolument, j’ai continué à le nourrir presque tous les jours de ma vie, pendant de longues années. En fait c’est cela qui m’a donné la force, et au moment venu d’avoir la volonté aussi de me consacrer à sa réalisation.

Mais avec une conviction prioritaire …de ne pas vouloir me déplacer en avion, les plus gros pollueurs sur terre!!!

Je sentais que j’étais sur le point de faire un choix radical!

Quel moyen de transport pouvait répondre à mes besoins pour un voyage sans forcement polluer le monde dans lequel nous vivons tous? Une seule réponse…. LE VÉLO!

J’ai presque toujours eu un vélo, il n’a pas été  toujours mon principal moyen de transport, mais ces derniers temps, il est devenu mon compagnon quotidien pour faire vraiment quelque chose de bien pour moi, en premier, et d’ailleurs pour tout le monde aussi : épargner notre planète.

CitizenKane vous donnera des nouvelles de son ami GlobeCitizen, auteur de cet article, entre Paris et Bombay sur son vélo,

Pasquale De Simone

tel : 00447700001234

linus3000.de@globecitizen.net

http://www.globecitizen.net

About The Author

Related posts

1 Comment

  1. Pingback: Des pays émergents préparent une intervention concertée-Inde - CitizenKane CitizenKane

Leave a Reply