L'écrivain Yoram Kaniuk nous a quittés

L’écrivain, journaliste et peintre israélien Yoram Kaniuk nous a quittés samedi des suites d’un cancer à l’âge de 83 ans. Ecrivain brillant il avait remporté de nombreux prix de littérature dont le Prix Saphir en Israël ou d’autres prix de littérature dans le monde.

yoram-kaniukYoram Kaniuk écrivain

Yoram Kaniuk était un écrivain et journaliste israélien, il fit sa réputation comme l’un des auteurs majeurs de la littérature israélienne, notamment dans les dernières décennies de sa vie avec des livres marquants comme Le Dernier juif, Confessions d’un bon arabe, ou des livres adaptés à la télévision comme l’incroyable histoire de Nevelot, qui décrit la vie de deux anciens combattants du Palmach (auquel Yoram Kaniuk a lui-même participé) qui, devenus vieux, regardent la jeunesse israélienne avec énervement, déception et mépris. Yoram Kaniuk s’est éteint samedi soir à l’hôpital de Tel Aviv en Israël.

Yoram Kaniuk respecté

Yoram Kaniuk était reconnu internationalement comme un grand écrivain, figurant parmi les Amos Oz, David Grossman ou Avraham B. Yehoshua, grands écrivains israéliens qui se vendent énormément aussi à l’étranger. Yoram Kaniuk a produit une oeuvre riche, dont près de 20 romans, la plupart traduits et publiés à l’étranger. On retiendra encore parmi ses œuvres « Encore une histoire d’amour » ou « 1948 », un récit autobiographique de la guerre d’indépendance d’Israël, et « La terre des deux promesses », un essai co-écrit avec le grand écrivain arabe israélien Émile Habibi.

Yoram Kaniuk, l’homme

Yoram Kaniuk était né le 2 mai 1930 à Tel Aviv, il a vécu à Paris puis, dans les années 50, à New York, où il fréquenta beaucoup la scène jazz locale. Il fut aussi un célèbre peintre. Il a reçu des hommages partout en Israël, notamment du président Shimon Peres. Comme nombre d’écrivains il était aussi un homme de polémique. Militant laïque en Israël, il avait jurisprudence en Israël en obtenant d’un tribunal israélien de figurer comme « sans religion » et non plus comme appartenant à la « religion juive » sur les registres d’état-civil, une décision considérée comme historique.

Yoram Kaniuk a décidé de léguer son corps à la science, il n’aura donc pas de funérailles, selon le porte-parole de l’hôpital Ichilov de Tel-Aviv, où il est décédé.

About The Author

Related posts

3 Comments

  1. Pingback: Technologie : Intel et Bernard Werber imaginent le futur - CitizenKane CitizenKane

  2. Pingback: De la Science pour cet été avec Science et vie, les 100 ans - CitizenKane CitizenKane

  3. Pingback: Littérature : Michel Rostain, L'étoile et la vieille - CitizenKane CitizenKane

Leave a Reply