1er mai : entre syndicats et FN

Le 1er mai devrait voir son traditionnel lot de défilés de travailleurs, de mouvements et de partis puisque le FN en a lui aussi fait son grand jour de rassemblement autour de la statue de Jeanne d’Arc. Et tandis que les syndicats semblent divisés et désunis sur fond de montée du chômage, le FN s’offre des sondages à son avantage qui tombent bien pour un 1er mai.

Enfant flou offrant du MuguetLes syndicats le 1er mai 2013

Le FN risque de finir par systématiquement voler la vedette aux syndicats les 1er mai. En effet le mouvement syndical semble incapable de se rassembler. A l’origine de cette division syndicale, des divergences de vues sur l’accord sur l’emploi, signé par la CFDT, la CFE-CGC et la CFDT mais rejeté par la CGT et FO. Aussi la CFDT et l’UNSA ont refusé de s’associer aux rassemblements organisés par la CGT aux côtés de la FSU et de Solidaires ce 1er mai. La CGT organise de son côté 279 défilés à travers le pays, véritable démonstration de force. Le cortège parisien partira à 15 heures de Bastille vers la place de la Nation. Thierry Lepaon, numéro un de la CGT, a déclaré que cette mobilisation donne l’occasion de « dire au patronat et à ce gouvernement que nous entendons avoir un changement de cap et une autre politique économique et une autre politique sociale ».

De son côté la CFDT et son leader Laurent Berger appellent à un rassemblement en fin de matinée dans la banlieue de Reims avec son homologue de l’UNSA, Luc Bérille, et de la CFTC, Philippe Louis. L’initiative est inédite et augure un début de front uni des syndicats réformistes. Enfin, Force ouvrière a décidé une fois de plus de faire cavalier seul avec un rassemblement au Mur des fédérés en hommage à la Commune de Paris.

L’unité du FN le 1er mai

En revanche, le Front national semble bel et bien uni pour son traditionnel défilé du 1er mai. Dans les sondages, Marine Le Pen n’a presque jamais été aussi haute. En effet, si le premier tour de la présidentielle se déroulait dimanche selon un sondage CSA pour BFMTV publié lundi, la présidente du FN se qualifierait pour le second tour, en deuxième position avec 23 % des voix, derrière Nicolas Sarkozy (34 %) mais devant François Hollande (19 %), qui serait éliminé dès le premier tour. Une sérieuse défaite pour un président sortant.

Le 1er mai et le 5 mai

Mais cette année a inauguré une nouvelle date, le 5 mai, anniversaire de l’arrivée de François Hollande à la présidence. Date à laquelle Jean-Luc Mélenchon a décidé d’organiser un grand rassemblement de la gauche radicale ou alternative qu’il appelle à manifester pour réclamer un « grand coup de balai ». Pierre Laurent du PC, Eva Joly d’EELV (qui participe pourtant au gouvernement) et Olivier Besancenot du NPA, participeront à la marche parisienne, pour laquelle le coprésident du Parti de gauche dit attendre 100 000 personnes. Il y aura donc cette année deux dates : le 1er mai et le 5 mai.

About The Author

Related posts

0 Comments

  1. Pingback: Quand l'UMP reprend le flambeau du PS - CitizenKane CitizenKane

Leave a Reply