L'achat d'une maison individuelle : rapport

Face à la crise immobilière, l’achat d’une maison individuelle peut avoir ses avantages. Pour une maison individuelle, en 2010, selon une étude du ministère du Logement, le prix des terrains achetés par les ménages faisant construire leur maison individuellea augmenté de 4,3%. Mais leur budget a été équilibré en achetant des terrains plus petits.

maison individuelle

maison individuelle

La surface d’une maison individuelle

L’enquête annuelle du ministère de l’Ecologie, du Développement durable, des Transports et du Logement a permis de connaître la moyenne d’une maison individuelle en France pour 2010.  Les ménages français en 2010 ont en effet construit en moyenne pour une surface de131 m²pour un prix de revient de 136.000 euros. Avec 194.000 euros, l’investissement total moyen, lorsqu’il y a eu achat du terrain, est resté constant entre 2009 et 2010. Pas de changement en 2010 sur la répartition, le terrain compte pour un tiers du budget total, et jusqu’à la moitié en agglomération parisienne, pour un prix moyen de 64.000 euros (130.000 en Ile-de-France).

Investir dans une maison individuelle

2010 fut une année de hausse du prix du foncier car le mètre carré de terrain s’est vendu en moyenne 59 euros, soit 4,3% de plus qu’en 2009. En zones rurales, la hausse a été la plus forte (+8%) et pour équilibrer leur budget, les ménages ont baissé de 3,8% la surface de terrain, passant de 1.141 m² en 2009 à 1.098 m², et 774 m2 en Ile-de-France. Et pourtant les projets immobiliers ont continué et progressé de 30% pour les maisons individuelles. Car cette hausse en 2010, puis en2011 a incité l’investissement dans une maison indivuelle, non seulement pour le confort, mais aussi pour la plus-value.

Les progrès de la maison individuelle

Les acheteurs ont également été sensibles au progrès en matière de maison individuelle, ossature bois, chauffage, électricité, environnement. L’étude des caractéristiques des maisons construites révèle que le mode de chauffage le plus souvent retenu en 2010 aété le tout-électrique : pour 37 % des maisons. C’est le mode de chauffage le moins cher. Viennent ensuite, pour 22% des ménages acquéreurs, le chauffage par énergies renouvelables (bois, pompe à chaleur, solaire thermique). Le tout électrique concerne surtout une maison individuelle à plus petit budget, tandis que les énergies renouvelables, tout comme le gaz (5% seulement des cas), concernent des maisons plutôt haut de gamme, grandes (plus de 140 m2 contre 120 m2 pour le tout-électrique) et d’un budget élevé, soit environ 160.000 euros contre 120.000 euros pour le tout-électrique.

En 2012, avec la baisse des prix de l’immobilier, c’eslt le moment d’investir dans une maison individuelle.

About The Author

Related posts

0 Comments

  1. Pingback: Prêts immobiliers en France : les conditions se durcissent - CitizenKane CitizenKane

Leave a Reply