Bourse, CAC 40, or (gold), émergents, pétrole, Euro/dollar

Bourse, CAC 40, or (gold), émergents, pétrole, Euro/dollar

Bourse, CAC 40, or (gold), émergents, pétrole, Euro/dollar : Analyse des marchés financiers de la semaine passée.


Bourse, CAC 40, or (gold), émergents, pétrole, Euro/dollar

gold or


Les marchés ont étonnamment bien résisté au vent de panique de lundi en Europe, les indices américains ont retrouvé leurs niveaux de la fin août, seules les places européennes en sont encore à -6% en moyenne, ce rebond de fin de semaine s’explique par une série de bonnes nouvelles:

1) La chancelière allemande Angela Merkel et le président français Nicolas Sarkozy ont été assurés mercredi par le Premier ministre grec Georges Papandréou qu’Athènes était déterminée à poursuivre son programme d’austérité.

2) La Grèce tente de boucler dans la hâte son projet de budget 2012 en intégrant de nouvelles mesures d’austérité et des réformes structurelles pour freiner l’aggravation de son déficit budgétaire et tenter de sécuriser le versement d’une nouvelle tranche d’aide du prêt de 110 milliards d’euros consenti en mai 2010 par la zone euro et le FMI

3) La Commission européenne compte proposer prochainement des options en vue de l’introduction d’euro-obligations, a annoncé ce mercredi son président, José Manuel Barroso.

4) Ce jeudi, plusieurs banques centrales ont annoncé une action concertée pour élargir l’approvisionnement des banques en dollars. Cette action est coordonnée par la Banque centrale européenne (BCE), la Réserve fédérale des Etats-Unis, la Banque d’Angleterre, la Banque du Japon et la Banque Nationale suisse, a précisé la BCE dans un communiqué. Elles vont mettre à disposition des banques des liquidités en dollars dans le cadre d’opérations sur trois mois, afin de couvrir les besoins au-delà de la fin d’année.

5) La banque centrale des Etats-Unis pourrait prendre de nouvelles mesures pour soutenir la reprise économique du pays à l’issue de sa réunion des 20 et 21 septembre. Son président Ben Bernanke a laissé entendre qu’il penchait désormais plus en faveur d’un nouvel assouplissement monétaire pour accompagner une croissance qu’il juge lente et fragile. La Fed pourrait annoncer le 21 septembre un allongement de la maturité moyenne de son portefeuille de titres financiers se renforce.

Cette solution pourrait permettre à la Fed de faire baisser un peu plus les taux d’intérêt à long terme et donc de stimuler l’investissement sans avoir à créer de nouveau de la monnaie, ce qui risquerait
d’alimenter à terme l’inflation.

Signal fort de cette confiance qui semble s’instaurer est la forte correction technique de l’Or.

Bourse, CAC 40, or (gold), émergents, pétrole, Euro/dollar: Économie américaine

428 000 nouvelles inscriptions hebdomadaires au chômage ont été comptabilisées durant la semaine du 10 septembre aux Etats-Unis. Les économistes visaient 410 000 après 417 000 la semaine précédente

L’indice de confiance du consommateur de l’Université du Michigan est ressorti à 57,8 au mois de septembre contre 55,7 en août. Les investisseurs attendaient un chiffre de 56,5.

La production industrielle a progressé de 0,2% au mois d’août aux Etats-Unis. Les économistes visaient une progression de seulement 0,1% après la hausse de 0,9% enregistrée en juillet.
Les stocks des entreprises ont augmenté de 0,4% en juillet. Le consensus Briefing.com était de +0,5%. Le chiffre de juin a été révisé de +0,3% à +0,4%.

Les ventes au détail sont restées inchangées en août, à comparer avec un consensus Reuters de +0,2%. Le chiffre de juillet a été révisé de +0,5% à +0,3%. Hors automobiles, elles ont augmenté de
0,1% en août

L’activité industrielle dans la région de Philadelphie s’est contractée moins fortement en septembre qu’en août, d’après une enquête publiée ce jeudi par la Réserve fédérale locale. L’indice ‘Philly Fed’
s’est en effet établi ce mois-ci à -17,5, contre -30,7 en août (plus bas niveau depuis mars 2009) et +3,2 en juillet. Les économistes anticipaient en général un indice aux alentours de -15. Pour rappel,
un indice en dessous de zéro est signe d’une contraction de l’activité manufacturière : plus il se trouve bas sous de ce seuil, plus le rythme de la décroissance est fort

Bourse, CAC 40, or (gold), émergents, pétrole, Euro/dollar : Économie européenne

L’indice final de l’activité globale de l’Eurozone qui s’inscrit à 50,7 en août, en dessous de son estimation flash (51,1). Il affiche un plus bas de deux ans et signale la deuxième plus faible expansion de l’activité depuis le début de la reprise en août 2009.

Le volume des ventes du commerce de détail a augmenté de 0,2% tant dans la zone euro que dans l’UE en juillet 2011 par rapport à juin, selon les chiffres d’Eurostat.

Au cours du deuxième trimestre 2011, le PIB de la zone euro a augmenté de 0,2% par rapport au trimestre précédent, a confirmé la deuxième estimation publiée par Eurostat, l’office statistique de l’Union européenne.

Le taux d’inflation annuel de la zone euro a été de 2,5% en août 2011, inchangé par rapport à juillet, selon Eurostat qui confirme donc son estimation rapide. Le taux d’inflation mensuel a été de 0,2% en août 2011.

La production industrielle corrigée des variations saisonnières a augmenté de 1% dans la zone euro en juillet 2011 par rapport à juin 2011. En juin, la production avait diminué de 0,8%. En juillet 2011 par rapport à juillet 2010, la production industrielle a progressé de 4,2%.
La zone euro a enregistré un excédent commercial de 4,3 milliards d’euros en juillet 2010, à comparer avec 4,7 milliards d’euros en juillet 2010. Le consensus Reuters s’élevait à 2 milliards d’euros

Plan de relance : OBAMA

Confronté au ralentissement de la croissance américaine et à un taux de chômage culminant à 9,1%, Barack Obama a présenté la semaine dernière un énième plan de relance.
Le plan prévoit notamment un abaissement des charges salariales et patronales pour 240 milliards de dollars, une extension de l’assurance chômage pour 49 milliards, une modernisation des écoles pour 30 milliards et de nouvelles infrastructures 50 milliards de dollars. «Ce plan ne contient que des propositions que des républicains ont déjà votées par le passé», a-t-il affirmé. De fait, les républicains répondront sans doute favorablement à certains points, comme les allégements fiscaux pour les PME.
Avec 447 milliards de dollars de dépenses, ce «job act» s’apparente à un nouveau stimulus (le précédent s’était monté à 850 milliards). Jusqu’à présent, le premier plan de relance n’a pas eu les effets escomptés, avec un taux de chômage qui stagne au-dessus de 9%. Aussi, les républicains avaient juré de s’opposer à de nouvelles dépenses. Mais les membres qui jouent leur réélection peuvent difficilement rejeter en bloc un plan qui s’appelle ‘American Jobs Act’. Le plan ne sera sans doute pas adopté dans son intégralité, mais Obama pourrait obtenir des concessions.

Stratégie d’investissement : Sur le plan fondamental

1) Volonté des Etats à répondre enfin et efficacement aux problèmes grecs.

2) Obama va utiliser tous les instruments en sa possession pour redynamiser une croissance économique américaine trop atone, et réduire rapidement le taux de chômage au plus haut depuis 1930 à plus de 9%, les élections approchent et jamais dans l’histoire des Etats-Unis, un président a été réélu avec un taux de chômage supérieur à 7%.

3) Les bilans des entreprises cotées sont sains et les résultats en constante amélioration depuis 3 ans.

4) Les P/E sont historiquement faibles en Europe et aux Etats-Unis avec des valorisations autour des 9 fois les résultats 2012.

5) On peut noter une reprise des opérations financières avec des primes élevées au regard des dernières cotations.

6) Plan massif de rachat d’actions, ce qui reflète un certain optimisme des dirigeants dans leurs capacités à surmonter la crise actuelle.

Sur le plan technique,

Les marchés ont été encore mis à rude épreuve cette semaine avec un lundi noir sur les places Européennes, ponctuées par des baisses sensibles de 5%. Heureusement que les autorités internationales sont intervenues tout au long de la semaine, pour sauver des marchés à la déroute.
Toujours et encore, le DOW JONES a démontré sa capacité à résister, on a tenu une fois de plus les niveaux ultimes des 11 000 points et à éviter une forte baisse en direction du support ultime des 10 000 points. Malgré la forte baisse du début de semaine et la cassure des supports majeurs définis à moyen terme sur les indices Européens, la reprise technique actuelle devrait selon nous être la bonne pour aller chercher les résistances moyen terme défini à 3330 pour le CAC40, 12000 points pour le DOW et 6000 pour le DAX.

Bourse, CAC 40, or (gold), émergents, pétrole, Euro/dollar : CAC 40 à 3031 points.

L’indice CAC 40 affiche une progression hebdomadaire de 1,9% en clôturant sur des niveaux de 3031 points. Le marché a oscillé sur les cinq dernières séances entre affolement et brusque regain d’optimisme. La semaine a été extrêmement volatile, les cours de certaines valeurs bancaires comme Société Générale et BNP Paribas ont fluctué de près de 20% en une seule séance, mardi.
De tels écarts de performance dans la même journée pour un émetteur donné sont extrêmement rares et témoignent du niveau d’inquiétude qui a régné dans les marchés prompts à s’emballer à la moindre rumeur.

Sur le plan des statistiques macro-économiques :

L’économie française a créé au deuxième trimestre 33.300 emplois nets dans les secteurs marchands non agricoles, après 78.300 au premier, a annoncé jeudi l’Insee, qui a révisé en nette baisse son estimation pour le deuxième trimestre et en hausse celle du premier trimestre.

Le taux de chômage en France a légèrement baissé au deuxième trimestre par rapport au trimestre précédent, de 0,1 point, à 9,1% de la population active en métropole (9,6% avec les départements d’Outre-Mer).

Diminution de 3% des prix aux mois de juillet et août à Paris. Une première pour la capitale où la demande de logements excède toujours l’offre. Jusque là épargnée par les premiers signes de baisse enregistrés en régions, Paris en a-t-elle fini avec des prix de l’immobilier vertigineux ? C’est ce qu’estime le baromètre mensuel du réseau en ligne MeilleursAgents.com, qui note qu’une « baisse s’est produite à Paris cet été, probablement accélérée par la tempête boursière de ces dernières semaines.

Le déficit commercial de la France s’est creusé en juillet pour retrouver presque son niveau de mai, à 6,46 milliards d’euros contre 5,4 milliards en juin.

À MOYEN TERME : NEUTRE 2950/3080.

Semaine de grande nervosité avec une fausse sortie par le bas à 2950 points, tous les analystes se sont fait piégés, car le CAC40 a refranchi très vite les 3.000Pts pour terminer la semaine sur un gain de +2%.
A très court terme, il faut casser rapidement la résistance des 3080 points pour éviter une rechute en direction des 2950 points.
En conclusion, pour les portefeuilles équilibrés, nous avons shorté sous les 2950 points, nous conservons cette position stratégique, car nous sommes acheteurs sur le DAX, DOW et Eurostoxx50 à court terme. Nous n’hésiterons pas à augmenter la taille de cette position de vente à découvert en cas d’une seconde tentative de clôture sous les 2950 points pour viser 2750 points puis 2500 points. A l’inverse, nous couperons cette position de vente en cas d’une clôture nette au dessus des 3080 points.

À LONG TERME : NEGATIF 3330/2680

Le CAC40 reste sous de fortes pressions vendeuses, il faut s’extirper de cette zone 2950/3080, l’indice Parisien évolue dans un canal baissier avec des bornes décroissantes comprises entre 3380 et 2680 points.
Nous conservons une opinion NEGATIVE, il faudrait refranchir la résistance des 3330 points pour invalider le scénario baissier en cours.

Bourse, CAC 40, or (gold), émergents, pétrole, Euro/dollar : DAX à 5573 points.

L’indice vedette Dax de la Bourse de Francfort a terminé en hausse à 5.573,51 points vendredi, signant une troisième séance consécutive de hausse qui lui permet d’afficher un gain de 7,39% sur la semaine.
La chancelière allemande Angela Merkel a déclaré vendredi que la croissance du Produit intérieur brut (PIB) allemand serait « plus proche de 3% que de 2,5% » cette année. Cette déclaration intervient alors que les inquiétudes sur les répercussions du refroidissement de l’économie mondiale sur la croissance allemande, très dépendante de l’export, se font de plus en plus vives.

Du côté des statistiques :

Les commandes à l’industrie en Allemagne ont chuté 2,8% en juillet 2011, d’après le Ministère Fédéral de l’Economie et des Technologies, alors que les analystes s’attendaient en général à une contraction plus mesurée.
Le surplus de la balance commerciale allemande s’est établi à 10,4 milliards d’euros au mois de juillet 2011, contre 12,7 milliards le mois précédent et 13,6 milliards en juillet 2010, selon des statistiques de l’office fédéral.
En Allemagne, la production industrielle a progressé de 4% en juillet, contre un consensus de +0,5%. En juin, la production avait reculé de 1%.

A MOYEN/LONG TERME : NEUTRE 5500/6300 POINTS.

L’indice Dax est passé mardi brièvement sous le seuil important des 5.000 points, pour la première fois depuis juillet 2009. Mais il ne s’est pas attardé longtemps à ces niveaux, le Dax reprenait son souffle en fin de semaine, avec le sentiment d’avoir évité le pire, et est remonté depuis mercredi. Il a terminé la semaine à 5.573,51 points, en hausse de plus de 7% par rapport à vendredi dernier. D’un point de vue technique, seul un retour au dessus des 6000 points pourrait lui assurer une certaine stabilité. Après la chute des cours au mois d’août, la valorisation actuelle de l’indice des valeurs allemandes intègre un plongeon de 30% des bénéfices des entreprises qui le composent dans les 12 mois à venir, on va beaucoup trop vite, car rien ne laisse supposer que l’économie se prépare à une crise comparable à celle de 2009. Et l’effet du ralentissement conjoncturel sur les entreprises devrait de toute façon être atténué par le fait que celles-ci « sont beaucoup mieux préparées qu’il y a deux ans.
Dans ce contexte, nous conservons une recommandation NEUTRE. Le DAX devrait évoluer dans un canal de consolidation entre 5450 et 6300 points. On pourra alléger nos positions acheteuses sur une première résistance autour des 6000 points puis la totalité sur le haut du canal baissier vers 6300 points. A l’inverse, si les niveaux des 5000 points sont franchement cassés en clôture, nous serons amenés à passer NEGATIF avec un objectif à 4200 points.

Bourse, CAC 40, or (gold), émergents, pétrole, EURO/DOLLAR : 1,3795 POSITIF à Moyen Terme 1,3750/1,4880 & NEUTRE à Long Terme 1.25/1.51.

L’euro a fortement baissé en ce début de semaine quand la stabilité de la zone euro s’est une fois de plus fragilisée. Le départ de Jurgen Stark, une réunion du G7 décevante et les craintes à propos d’une faillite de la Grèce à suffit a faire chuter l’Euro contre ses principales contreparties. Par ailleurs, la devise européenne s’est très vite reprise en cours de semaine, grâce aux différentes mesures des institutions européennes et internationales. Cela vient rappeler qu’avec des taux d’intérêts réels négatifs (par rapport à l’inflation), une croissance très faible et la volonté de résoudre n’importe quel problème en dévaluant la monnaie, le dollar se trouve dans une tendance baissière à long terme

A moyen terme, la parité EUR/USD est revenu très vite sur son support défini à 1.3750$. L’euro dollar évolue dans un canal haussier avec des bornes définies entre 1.3750 et 1.4880$. Il faut impérativement tenir ce point autrement, nous serons amenés à changer de recommandation de POSITIVE à NEUTRE. Pour l’instant, nous conservons une recommandation POSITIVE, il faut impérativement tenir le support majeur des 1.3750$ autrement nous serons amenés à changer de recommandation de POSITIVE à NEUTRE.
À long terme, nous conservons une opinion NEUTRE, mais attention, car sur le plan technique, la devise européenne forme un très beau W de consolidation et en cas d’une clôture au dessus des 1.51 $, tout ce scénario de consolidation sera terminé et un nouveau mouvement de hausse se matérialisera en direction des 1.60 $.

PÉTROLE : 87.96 dollars NEGATIF à Court/moyen terme 76.50/92.50 dollars & POSITIF à long terme 80/98.50 dollars.

Les cours du brut se sont repris cette semaine avec une hausse de 1.85%, les cours du WTI sont au plus haut depuis pratiquement un mois, le cours du brut défiant la gravité et l’assombrissement des perspectives de croissance. De plus, la région du proche orient reste en forte ébullition avec la pression qui s’accroit sur la Syrie et l’Iran et le nouveau conflit turquo-Israelien. Sur le plan fondamental, l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) estime que la demande
mondiale de pétrole sera de 87,99 millions de barils par jour sur 2011 et 89,26 millions de barils sur 2012 à cause du ralentissement de l’économie américaine. Cette baisse de la demande a été confirmée avec une hausse plus importante que prévu des stocks d’essence aux Etats-Unis. Les stocks ont progressé de 1,9 million de barils à 210,8 millions de barils alors que les analystes tablaient sur une diminution de 500 000 barils.

À court/moyen terme, le baril de pétrole se renforce et cherche à se rapprocher des niveaux de résistance majeures définies à 92.50$, le baril évolue dans un canal baissier avec des bornes décroissantes définies entre 92.50 et 76.50$ et en cas de cassure de sa borne haute, la tendance baissière moyen terme sera invalidée et une nouvelle accélération haussière pourrait se matérialiser vers les niveaux psychologiques des 100$. Pour l’instant, nous conservons une recommandation NEGATIVE, il faudrait refranchir les niveaux des 92.50$ pour reprendre une configuration haussière, par contre, pour les plus téméraires, on peut tenter quelques achats en trading autour des 80$ pour tenter un rebond vers 92.50$.

À long terme, nous conservons une opinion NEUTRE avec un biais positif du fait que la région proche et moyen orientale reste depuis plusieurs années une zone de fortes turbulences. Le baril devrait évolué entre 80 et 100$ sur une tendance à long terme, par contre, la cassure des 80$ impliquerait une nouvelle grande vague de baisse en direction des 69$.

GOLD : 1812.70 dollars NEUTRE à Long terme : 1470/1920 $.

L’once d’or a chuté tout au long de la semaine. En effet, le métal jaune a été utilisé pour couvrir les pertes des investisseurs en début de semaine et quelques prises de bénéfices sur un marché suracheté. Les banques d’investissement ont aussi décidé de louer leur stock pour obtenir des liquidités en dollars. En variation hebdomadaire, l’or a chuté de 2,65%.
Sur le long terme, nous préférons adopter une position NEUTRE du fait que notre objectif long terme a été atteint, de plus, une bulle est véritablement en train de se former. Depuis plusieurs mois, de nombreuses personnes, attirées par les annonces médiatiques, se sont passionnées pour le métal jaune.
Plusieurs d’entre eux ont franchi le pas et se sont lancés, achetant de petites ou de grandes quantités d’or. L’or évolue dans un grand canal haussier avec des bornes définies entre 1470 et 1920$. On pourra retenter quelques achats vers les niveaux de support autour des 1650$ l’once.

Bourse, CAC 40, or (gold), émergents, pétrole, Euro/dollar : DOW JONES 11509 points.

L’indice Dow de Wall Street a achevé dans le vert les cinq séances de la semaine, une performance plus vue depuis la dernière semaine de juin. Il affiche une progression hebdomadaire de 4,7%. Le volume d’échanges a été fourni en raison de l’expiration simultanée de quatre différents types de produits financiers, une conjonction relativement rare connue sous le nom des « quatre sorcières ». La performance du marché est encourageante, il y a des signes de retour de la confiance, même s’ils ne sont pas très solides. Les investisseurs ont été encouragés par des indicateurs meilleurs que prévu aux Etats-Unis.

À COURT/MOYEN TERME : NEUTRE : 10950/11500.

L’indice des valeurs vedettes américaines a fait un beau rebond pour dépasser in extremis la résistance des 11500 points. La semaine prochaine va être importante avec les discussions européennes pour finaliser le plan à la Grèce et les tentatives d’Obama pour faire adopter simultanément son plan de relance et de rigueur auprès du Congrès. Il faut tenir et dépasser ses niveaux des 11 500 points afin de réussir à s’extirper de cette zone à haut risque définie autour des 11000 points.

Nous conservons une recommandation NEUTRE, un rebond plus marqué pourrait se matérialiser entre maintenant et la fin du mois de septembre. Par contre, en cas de cassure de la zone 10850/10950 points, une forte accélération baissière pourrait
s’enclencher en direction des 10000 points, il faudra tout couper, voir tenter des ventes à découvert pour viser clairement les 10 000 points.

À LONG TERME : NEUTRE : 10000/12000.

Une belle semaine de rebond, le DOW a encore prouvé sa solidité malgré un environnement balloté par des incertitudes et des rumeurs. Nous conservons une recommandation NEUTRE avec des bornes définies entre 10000 et 12000 points. Pour l’instant, on conserve une partie des positions acheteuses, mais attention en cas de cassure du dernier rempart à 10000 points, il faudra tout couper.
Bourse, CAC 40, or (gold), émergents, pétrole, Euro/dollar

About The Author

Related posts

0 Comments

  1. Pingback: L’Instant d’Or : un petit coin de paradis à Paris. - CitizenKane CitizenKane

Leave a Reply